Mon voyage à Riga

Pour planter le décor…

Depuis toute petite, je n’ai eu que très peu d’occasions de voyager. Généralement, nous allions dans ma famille, en Espagne, ou en France, et en voiture. J’ai donc souvent vu les voyages comme étant longs, fatigants et ennuyants. Une fois sur place, c’était souvent sympa, mais pas exceptionnel non plus. J’avais une conception toute autre des vacances que mes parents.

De plus, je suis quelqu’un qui aime sa zone de confort, à la base. Voyager loin, sans en avoir l’habitude, quitter ma famille, mes amis, c’est angoissant pour moi. Dès lors, lorsqu’on m’a proposé, dans le cadre de l’organisme étudiant duquel je fais partie, UStart, de partir 4 jours à Riga, pour aller voir une conférence, j’ai énormément hésité. Pourquoi ? Car à la base, je ne savais déjà même pas où était Riga (en Lettonie, juste en-dessous de la Russie, pour les incultes comme moi *hum*) soit l’endroit le plus loin où je n’ai jamais été, puis aussi car je ne connaissais le groupe que de façon formelle, au travers de nos réunions. Le fait de partir si loin m’angoissait très fort, mais après y avoir réfléchi pas mal, je me suis dit que c’était une occasion en or de bousculer mes habitudes, de sortir de ma zone de confort et d’enfin OSER.

Riga, en quelques points

lettonie_2.jpg

  • Situation géographique : capitale de la Lettonie, pays se trouvant à côté de la Russie.
  • Météo : nous sommes partis du 8 au 12 février et nous avons eu des températures relativement froides (allant d’environ -17°C à -5°C), du soleil les deux premiers jours, puis un temps plus couvert, avec même une fine neige.
  • HébergementRiga Hostel (auberge de jeunesse)

Le départ… – mercredi

Ayant commencé mon stage, j’ai fait mes valises un peu en quatrième vitesse, sans savoir réellement préparer plus que ça. De plus, ce voyage en avion était le troisième de ma vie, donc le jour même, j’ai dû courir au magasin pour prendre savon, shampoing et autres liquides en petits flacons, suite à une discussion avec ma colocataire qui m’a rappelé les règles concernant les liquides en avion. Départ au soir à 17h et des poussières, stress énorme, et jusqu’à la dernière minute, j’ai regretté ma décision de partir.

16508911_687626304731212_7172043503541973077_n

Dans l’avion, j’étais assise à côté d’une femme d’un certain âge, adorable, habitant Riga depuis plusieurs années, avec qui j’ai pu discuter et qui m’a changé les idées. Je ne cache pas que j’ai vu ma vie défiler lors du décollage, et durant presque tout le vol, m’accrochant à mon collier porte-bonheur comme s’il pouvait me sauver d’un crash aérien (aaaah, ces croyances…), et tentant de lire un livre en français en écoutant de la musique en anglais pour essayer d’avoir mon esprit le plus occupé possible et ne pas penser aux malheurs qui pouvaient nous arriver en plein vol. Bref.

Près de 2 heures plus tard, me voilà arrivée, avec mon groupe, à l’aéroport national de Riga, en un seul morceau, par une douce température de -15°C (ceux qui me connaissent savent à quel point j’aime le froid *rires*), regrettant toujours ma décision de voyage.

Une fois l’auberge de jeunesse trouvée, nous avons dû rechercher un endroit où manger… A 17 ! Pas évident à 22h de trouver un endroit qui a encore assez de place et qui accepte autant de personnes. C’est donc par le plus grand des non hasards que nous avons fini au McDo (#dépaysement #nonlocalfood) qui se trouvait être, en plus de tout ça, le rez-de-chaussée de l’immeuble de notre auberge.

Après ce délicieux repas que j’idolâtre particulièrement (après, promis, j’arrête l’ironie, surtout qu’en vrai c’était quand même bon les boulettes au fromage), nous nous sommes renseignés sur un chouette endroit où passer la soirée, et c’est ainsi que nous sommes arrivés au Rock Café, un endroit vraiment dingue, qui se divise en plusieurs pièces, avec plusieurs ambiances, sur plusieurs étages ! C’est d’ailleurs là que nous avons découvert que les lettons adorent le karaoké ! Une toute première bonne soirée pour débuter ce séjour et me permettre d’en finir avec mes regrets : finalement, j’ai bien fait de participer à ce voyage !

Jour 1 – jeudi

16602643_687947751365734_327203739399364361_n.jpg

Premier jour de la conférence TechChill, au programme : plusieurs intervenants, networking, bonne ambiance, visite de la bibliothèque nationale de Lettonie (lieu où se déroulait la conférence), beaucoup de discussions et de découvertes.

Je n’ai pas grand chose à raconter de cette conférence, car il y aurait trop à dire, mais si vous aimez tout ce qui touche à l’entrepreneuriat, je vous la conseille vivement. Pour voir des photos et vidéos de cet événement, rendez-vous sur la page Facebook TechChill.

Au soir, nous sommes retournés au premier endroit où nous avions été, étant donné que nous nous étions bien amusés, et c’est devenu notre repère pour le reste du voyage. Quand quelque chose fonctionne, pourquoi changer ?

Jour 2 – vendredi

16684270_10212322616205399_1268040801607150449_n

Deuxième jour de conférence, avec à nouveau différents intervenants venant parler sur diverses thématiques, du networking (j’ai rencontré, notamment, une blogueuse de là-bas !!) et plein de bonne humeur !

Au soir, nous étions conviés à l’afterparty TechChill, dans une vieille bâtisse pleine de charme. Le début de la soirée étant plutôt étrange, nous nous sommes retrouvés dans un bar brassant eux-mêmes leurs bières. Dans ce bar, nous pouvions expliquer aux serveurs le genre de bière qu’on aime, ils nous faisaient alors goûter quelque chose qui pouvait s’y accorder, et si nous aimions, ils nous servaient cette bière.

Après cette découverte plutôt sympathique, nous avons tout de même fini par aller profiter de l’afterparty, et pour finir, nous nous sommes rendus dans notre endroit devenu notre repère : le Rock Café.

Jour 3 – samedi

Journée qu’on a passé à visiter la ville de font en comble ! Je pense que nous avons marché plus de 10km ce jour-là, dans un froid sidéral (si si), pour voir divers bâtiments, lieux, rues, …

16807274_10212428352688745_9070949330355908798_n.jpg

Pour le soir, nous avions repéré une soirée Erasmus qui semblait bien sympathique. Nous nous sommes donc rendus, tout d’abord, à notre repère, le Rock Café, pour commencer notre soirée, avant de nous diriger vers le Pūce, sorte de bar/boîte, où nous avons pu passer une dernière bonne soirée.

Jour 4, le retour – dimanche

Dernier jour à Riga, nous avons encore visité la ville, et notamment un musée historique. J’ai eu l’occasion de discuter encore avec plusieurs personne du groupe et plusieurs réflexions très intéressantes en sont ressorties.

Une de ces réflexions soulevait un point que je trouve important à mentionner ici, car c’est une réflexion que j’avais déjà entendue de la bouche de plusieurs personnes ayant eu l’occasion de faire un erasmus, notamment. C’est l’idée selon laquelle on se sent différent lors d’un voyage. En effet, c’est par exemple le fait que la langue est différente et que, déjà rien que ça, ça change pas mal une personne. Dans mon cas, ce voyage m’a permis de pouvoir me définir autrement que « la fille qui n’aime pas trop sortir parce que fatiguée par après, ne supportant pas la fatigue et étant toujours trop stressée et trop occupée pour tout ». J’ai pu me découvrir comme la fille qui aime quand même bien ce genre de soirée, la fille qui soudainement se surprend à être à l’aise à discuter en anglais dans la file des toilettes, à 3h du matin, avec une nord coréenne (#truestory), la fille qui marche 10km dans le froid givrant d’un pays qu’elle ne connait pas, avec un guide touristique à la tête du groupe (à comprendre : Gus notre compatriote se prenant pour un guide touristique avec une carte de la ville, nous emmenant voir des maisons colorées dans des impasses sombres, mais merci Gus, si tu passes par ici, pour ce petit tour sympathique), bref, une fille que je ne me pensais pas être et que je voulais malgré tout être, prenant la vie comme elle vient, appréciant les imprévus, vivant le cœur battant à mille à l’heure et respirant à plein poumons. Et ça fait du BIEN !

Mes leçons tirées de ce voyage

Je crois savoir que ce sont des réactions habituelles suite à ce genre de voyage, mais depuis mon retour, j’étouffe. Ma seule envie à chaque seconde, c’est de repartir, n’importe où pourvu que je voyage, pourvu que je découvre, pourvu que je me sente vivre. J’ai comme une impression de stagner depuis que j’ai remis les pieds en Belgique. Je me sens à l’étroit, je me sens presque vide, bien que remplie de souvenirs de Riga.

Retrouver le temps morose de la Belgique, mon train-train quotidien, ne m’a pas remplie de joie comme je le pensais au tout départ de mon voyage. Je suis bien évidemment heureuse de retrouver ma famille et mes amis, mais tout semble… Terne. Mon but n’est évidemment pas de faire un article glissant vers une dépression ou un mal du pays, loin de là, mais plutôt de montrer à quel point sortir de sa zone de confort peut changer quelqu’un.

Mon humeur triste a fini par passer, après quelques jours, mais l’envie de partir reste bel et bien présente, l’envie de découvrir encore, l’envie de rencontrer, l’envie de vivre. Mon regard sur les choses de la vie s’est modifié, en mieux. La personne que j’étais là-bas n’a tout de même pas remplacé celle que j’étais à la base, mais a tout de même déteint dessus. Je ne sors pas plus depuis mon retour, mais je suis plus impliquée, même lorsque je reviens d’une journée de 10 heures entre stage, cours, préparations et présentations. Je m’attriste de ne pas pouvoir le faire plus, néanmoins, et de quand même rater pas mal de choses.

Ce que m’aura appris ce voyage, dans tous les cas, le point le plus essentiel du moins, c’est que sortir de sa zone de confiance est vraiment une bonne idée : quoi qu’il en ressorte, cela vous fera évoluer énormément.

Riga, en bref : 
Les points positifs : 
- tout est moins cher qu'en Belgique 
- quand on demande une bière, ils servent des 50cl par défaut (#beerlover)
- ils font bien la fête 
- les taxis sont rapides et pas chers 

Les points négatifs : 
- il fait froid (selon la saison, néanmoins) 
- la plupart des gens là-bas sont relativement froids et antipathiques
- la nourriture locale est... étrange (et pas dingue)

Des bisous ♥

94136d527cd599799f57fd01c096eba8

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :