[CONFIANCE EN SOI] Le dialogue interne

Le dialogue interne, c’est cette petite voix dans votre tête, celle qui fait partie de vous, et vous tient compagnie tout le long de la journée, parfois même sans que vous ne vous en rendiez compte.

Cette petite voix est incroyablement importante lorsqu’il s’agit de la confiance en soi. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce dialogue interne peut vous pousser à vous dépasser, comme vous faire échouer dans divers domaines. Il est donc primordial de savoir le manier avec délicatesse et précision, pour qu’il soit votre ami, et non votre ennemi.

16299732_942680815866935_1353341594068440296_o

L’état des lieux

À quel point cela vous arrive de vous dire « je n’y arriverai jamais », « je suis trop moche de toute façon », « ça ne marchera pas », « de toute façon je peux faire tout ce que je veux, ça n’ira jamais », … ? (liste non exhaustive) Ces choses que vous vous répétez sans cesse, ont au final un impact énorme sur votre confiance en vous, mais aussi sur vos actions, sur vos objectifs, sur votre bien-être, et j’en passe !

Essayez de repérer vos dialogues internes automatiques : que disent-ils, la plupart du temps ? Dites-vous des choses positives de vous-même ? Pourquoi vous dites-vous cela ? Avez-vous mérité de recevoir des méchancetés ?

Les automatismes

Changer d’automatismes vous changera la vie. Lorsque vous faites face à un échec, réfléchissez à comment faire mieux la prochaine fois, mais ne vous flagellez pas : au contraire, rappelez-vous de tout ce que vous avez fait pour tenter de réussir, et reconnaissez vos efforts.

L’auto-handicap

Attention toute fois à trouver un bon équilibre. En effet, comme il existe un dialogue interne rabaissant, il en existe aussi un qui est bien trop complaisant. Celui-là pourrait avoir très bien vous empêcher de vous pousser. Il est bénéfique, dans un premier temps, pour vous réconforter. « Tu as eu des circonstances qui ont fait que cela a été difficile, ce n’est pas grave de ne pas avoir réussi, tu n’aurais pas su faire mieux avec la situation actuelle » c’est bien de savoir se le dire, mais c’est bien de savoir reconnaître lorsque c’est faux également.

Le mécanisme sous-tendant à cela, c’est le manque. Le manque est constitutif, c’est ce qui nous pousse à avoir des objectifs : lorsqu’on aimerait de l’argent, ou s’épanouir, ou s’amuser. Le manque de quelque chose va nous pousser dans nos actions pour arriver à ce but. Malheureusement, une fois le manque comblé, il peut aussi faire peur : il n’y a plus rien à rechercher, plus rien à assouvir, plus rien à viser. Bien que l’on puisse toujours s’ajouter des objectifs, certaines personnes restent bloquées dans un cercle vicieux par peur de ne plus avoir ce manque, et de ne plus rien avoir pour les pousser à avancer.

Ainsi, on retrouvera des personnes, qui dès le départ, malgré leur forte envie de réussir (par exemple, à perdre du poids), vont s’auto-saboter, inconsciemment. Même principe dans les études, par exemple. La peur de rater malgré les efforts qu’on y a mis et la peur, finalement, d’avancer, de ne plus avoir ce qui anime nos journées (l’étude, dans cet exemple), vont faire en sorte que la personne ne va justement pas mettre d’effort dans cette recherche de réussite, tout en trouvant des éléments externes pour justifier l’échec futur. Cela peut également s’appliquer aux relations, au sport, à la recherche d’emploi, …

Le plan d’attaque

Le combat n’est peut-être pas réel, mais croyez-moi, vous allez devoir vous battre contre vous-même pour changer vos automatismes ! Chaque fois que vous vous surprenez à être méchants envers vous, corrigez-vous ! Arrêtez les « Mais que tu es bête ! » et changez-les en « Tu ne pouvais pas savoir, cela arrive à tout le monde de se tromper, la prochaine fois, ça ira mieux ».

Issue.png

Le défi est donc de construire et garder un dialogue interne positif, encourageant, rassurant, joyeux ! Ainsi vous atteindrez plus facilement vos objectifs et vous saurez mieux surmonter les différentes choses qui peuvent vous poser des difficultés.

Croyez en vous, vous en êtes capable !

Besoin d’un coup de pouce ? Rendez-vous ici !

Des bisous ♥

94136d527cd599799f57fd01c096eba8

 

5 commentaires sur “[CONFIANCE EN SOI] Le dialogue interne

  1. Ping : « Combien tu pèses ? » – Ilovemyself

  2. Ping : Et s’il était temps de créer votre succès ? – Ilovemyself blog

  3. Bonjour, merci pour cet article.
    Le dialogue intérieur est souvent inconscient et peut prendre racine dés l’enfance. Les étiquettes que l’on se colle (perdant, moche, vilain) que l’on a entendu dans l’enfance ou plus tard, les scénarios que l’on se joue (je vais de toute façon rater mes études, et donc inconsciemment on met effectivement tout en oeuvre pour les rater ces études en tombant malade le jour des examens par exemple).
    On aura beau faire de la méthode Coué en se disant « mais non, je vais y arriver » ou « ok, j’ai raté mon bac une fois, cela ne fait pas de moi un perdant à vie, alors maintenant j’y vais et je vais réussir ». Mais je ne suis pas certain que cela transformera notre dialogue inconscient.
    Comment donc se débarrasser de ces pollutions inconscientes ? Hypnose ? Autre méthode ?…

    • En effet, malheureusement ce sont des choses qu’on met en place depuis notre enfance et selon nos expériences et ce que l’on nous a dit sur nous, sur nos capacités, notre apparence etc… Donc difficile de s’en débarrasser lorsque c’est bien ancré ! Maintenant c’est tant un cycle négatif, que cela peut être un cycle positif, et donc avoir plus de pensées positives nous concernant, aident à en attirer d’autres (au même titre que les négatives finalement). Parfois il est bon de décortiquer les pensées négatives que l’on a envers soi : pourquoi pense-t-on qu’on va rater notre vie ? Pourquoi pense-t-on qu’on est nul ? Le fait de les décortiquer permet de les modifier progressivement et voir les « bons » côté pour faire face à ceux qu’on pensait mauvais. Pour reprendre ton exemple du « je vais rater mes études », se rendre compte par exemple que ce sont nos parents qui nous ont mis ça dans la tête, car ils n’ont jamais cru en nous, ne nous ont jamais valorisé etc. Puis voir que « peut-être que j’ai raté mon bac, mais j’ai beaucoup d’amis, donc beaucoup de ressources » ou voir qu’on a un talent, voir qu’on est bon en sport, voir qu’on a une passion, que le domaine professionnel, ce n’est pas tout, qu’on trouvera quelque chose à faire comme métier, que peut-être ça ne sera pas le plus grand côté de notre vie par contre et qu’on développera notre passion à côté de cela 🙂 toute une histoire de compensation et de voir que nous ne sommes pas uniquement définit par une chose, par une pensée ! Rater son bac ne définit par la suite de notre vie, et encore moins notre valeur par exemple ! Que peut-être on n’était pas près, pas dans le bon état d’esprit, et comprendre que si on veut quelque chose, on peut changer notre façon d’y arriver etc 🙂
      Bref tout ça pour dire : merci pour ton commentaire qui permet la réflexion, et je pense réellement que rien n’est jamais perdu, aucune situation n’est fataliste, et on peut toujours arriver à ce qu’on veut, moyennant parfois quelques aménagements, quelques changements 🙂

  4. Ping : [Couple] Jalousie et confiance – Ilovemyself blog

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :